Actualité

Offre d’emploi : Coordonnatrice ou coordonnateur à l’administration et aux luttes sociales

16 juin 2016

Coordonnatrice ou coordonnateur à l’administration et aux luttes sociales

Poste permanent

Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (le MÉPACQ) est un regroupement provincial de 11 Tables régionales multisectorielles composées d’environ 300 groupes d’éducation populaire autonome. Par le moyen de l’éducation populaire, nous travaillons ensemble à la transformation sociale de manière à faire émerger la solidarité et la justice sociale dans notre société. La lutte au néolibéralisme est l’élément central de toutes nos actions et nos réalisations. Nous intervenons sur les questions liées au désengagement de l’État, particulièrement en matière de programmes sociaux et de tarification et privatisation des services publics. Nos deux champs d’action prioritaires, indissociables l’un de l’autre, sont les luttes sociales et la reconnaissance et le financement de l’éducation populaire, de l’action communautaire autonome et de la défense collective des droits.

Fonctions :      

Luttes sociales : Exercer une veille sur les enjeux sociopolitiques, rédiger des documents vulgarisés d’analyse et de synthèse sur des enjeux sociopolitiques, organiser et participer aux activités de mobilisation, assurer diverses représentations auprès du gouvernement, de coalitions, d’organismes et regroupements dont le MÉPACQ est membre (dont la Coalition opposée à la tarification et à la privatisatisation des services publics), préparer et alimenter les rencontres du comité éducation et mobilisation.

Administration : secrétariat, gestion du courrier, téléphone, logistique, classement, cotisations annuelles, mise à jour des bases de données, mise à jour du contrat de travail, suivi des feuilles de temps et de maladie, préparer et alimenter les rencontres du conseil d’administration.

Gestion financière : comptabilité, gestion des paies, préparer les prévisions budgétaires et faire le suivi, préparer les rapports financiers pour le conseil d’administration, préparer la vérification financière annuelle, rédiger les demandes de subvention gouvernementales et les autres demandes de financement.

Offre d’emploi complet

Aide sociale : Le MÉPACQ dénonce le recul des droits des personnes les plus pauvres

2 juin 2016

logo_dignite

 

Montréal, le 2 juin 2016 – Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec, le MÉPACQ, tient à réitérer son opposition au projet de loi 70 sur l’aide sociale et demande au ministre François Blais de faire marche arrière. « Tout comme plusieurs mouvement sociaux, nombreux-euses professeur-e-s et chargé-e-s de cours universitaires, ainsi qu’une grande partie de la population, le MÉPACQ s’oppose à ce projet de loi parce qu’il s’attaque directement aux droits des personnes les plus pauvres, affirme Caroline Toupin, coordonnatrice.

« À en croire les propos du ministre François Blais le 31 mai dernier à l’assemblée nationale, ce projet de loi s’appuie sur des études d’il y a 15 ans. Pas étonnant que le projet de loi 70, largement orienté vers le workfare de la fin des années 1990 (obligation d’accepter des activités – particulièrement du travail généralement mal payé – afin d’obtenir une allocation) soit désuet, poursuit madame Toupin. En voulant introduire une approche punitive d’insertion à l’emploi, le ministre François Blais ne fait qu’alimenter les nombreux préjugés à l’égard des personnes assistées sociales alors que son rôle, en tant que ministre de la « Solidarité Sociale » serait plutôt de les combattre. « Pour nous, c’est clair que le projet de loi 70 fait reculer le Québec vers des idéologies et des méthodes passées dates qui ne font qu’appauvrir davantage les personnes les plus pauvres», ajoute madame Toupin.

Lire le reste de cet article »

Étude de crédit du MTESS : Les groupes en défense collective des droits, toujours en attente!

21 avril 2016

Montréal/21 avril 2016/ Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire autonome, le MÉPACQ, est déçu de constater que malgré la situation intenable des organismes en défense collective des droits, aucune somme supplémentaire pour les groupes en défense collective des droits n’a été annoncé par le ministre dans le prochain budget provincial.

Il existe un peu plus de 300 organismes en défense collective des droits au Québec qui travaillent pour le respect des droits sociaux et économiques. Par leur travail rigoureux d’analyse politique, d’éducation populaire, de mobilisation sociale et de représentation politique, ces organismes ont mis en lumière, divers problèmes sociaux et ont contribué à la mise en place de plusieurs programmes sociaux ainsi qu’à l’amélioration des lois québécoises dans plusieurs domaines.  Selon Caroline Toupin, coordonnatrice du MÉPACQ, ces organismes, dont le rôle dans la société est reconnu comme étant essentiel par le gouvernement du Québec, sont maintenus dans une situation de sous-financement et de précarité qui mettent leur mission et parfois même leur existence en péril. Lire le reste de cet article »

29 avril : journées de grèves, d’actions et de perturbation

23 mars 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de la journée internationale des travailleurs-euses du 1er mai, la Coalition Main rouge vous invite à participer, le 29 avril prochain, à une journée de grèves, d’actions et de perturbations. Le 1er mai est une journée qui existe pour souligner les nombreuses luttes menées par les travailleurs et travailleuses au cours de l’histoire. Le 29 avril tombe le vendredi avant le 1er mai, et sera l’occasion pour les groupes sociaux de revendiquer le retrait des mesures d’austérité du gouvernement Couillard, et de rappeler que l’austérité déteriore les conditions de vie et de travail de centaines de milliers de personnes au Québec. Notre lutte est loin d’être terminée!

Le MÉPACQ invite ses membres et ses alliés à organiser des actions tout au long de cette journée : distribution de tracts, soupe populaire, descente de bannière, chaînes humaines, die-in, dance-in, occupations de bureau, activités de blocage, etc. Le succès de cette journée de mobilisation se mesurera dans la quantité et la créativité des actions. À Montréal, une action sera aussi organisée par la Coalition Main Rouge nationale.

Cette journée vise à rappeler au gouvernement que l’austérité n’est pas une fatalité et que d’autres choix sont possibles pour préserver et mieux financer le filet social au Québec :

– Réinstaurer la taxe sur le capital pour les banques;
– Augmenter les impôts des grandes entreprises au lieu de les diminuer;
– Augmenter le nombre de paliers d’imposition;
– Lutter plus activement contre l’évasion fiscale.
Pour participer ou organiser une action, contactez votre table régionale d’éducation populaire : www.mepacq.qc.ca/membres

Télécharger le tract

Analyse du budget 2016-2017 : la poursuite de l’austérité

17 mars 2016

Le gouvernement du Québec déposait aujourd’hui son budget pour les années 2016 et 2017. Voici un texte qui en résume les faits saillants, et qui analyse les décisions annoncées aujourd’hui par les ministres libéraux.

Des engagements insuffisants

La poursuite de l’austérité budgétaire dans les services publics

Le gouvernement va augmenter un peu plus que l’an dernier ses dépenses, par exemple en éducation (3 % de plus) ou en santé et en services sociaux (2% de plus). Ces augmentations sont loin d’être suffisantes. Elles ne vont pas compenser les compressions exceptionnellement violentes de l’an dernier, et vont à peine couvrir l’augmentation habituelle des coûts qui découle de la croissance de la population et de l’augmentation du coût de la vie. On peut donc s’attendre à la poursuite des coupures et de mesures qui vont affecter la population, et nuire à la justice sociale.

Lire le reste de cet article »

Les attaques au rôle politique du communautaire

2 février 2016



Mémoire du MÉPACQ à la Commission populaire du RQ-ACA.

Le milieu de l’action communautaire autonome fait face, depuis plusieurs années, à une multitude d’attaques réduisant de plus en plus  son champ d’action politique et son autonomie en plus d’être maintenu dans des conditions de sous-financement inacceptables.  Ainsi, l’État, qui est beaucoup plus intéressé par les services offerts par les organismes qu’à leurs actions politiques visant à s’attaquer aux causes des problèmes sociaux, tente de limiter au maximum leur rôle de transformation sociale.  Nous parlons ici de leur rôle de dénonciateur des problèmes sociaux, de l’influence qu’ils exercent sur les décideurs politiques, de leur travail d’éducation populaire auprès des populations visées par les politiques d’appauvrissement et aussi de leur important travail de mobilisation sociale auprès de ces personnes afin de les amener à lutter contre des politiques qui nuisent à leur condition de vie.

Voici une analyse de l’impact de ces enjeux sur le milieu communautaire présentée par le MÉPACQ à la Commission populaire du RQ-ACA.

Télécharger  le document

Consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté : Le MÉPACQ dénonce l’hypocrisie du gouvernement Couillard et lance un nouvel outil

20 janvier 2016

Montréal, 20 janvier 2016/ À moins de 10 jours de la fin de la consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec, le MÉPACQ, déplore le double message que nous envoie le gouvernement libéral. 

D’un côté, le gouvernement consulte la population et les organisations à propos des suites à donner à la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. De l’autre, il propose de mettre en place des mesures décidées d’avance, sans tenir compte de l’avis des personnes et organisations consultés.  Selon Caroline Toupin du MÉPACQ, « il est inadmissible de lancer une consultation publique sur la lutte contre la pauvreté tout en voulant introduire, en même temps, une approche punitive d’insertion à l’emploi via le projet de loi 70». Ce projet de loi, tout comme cette consultation, ne font qu’augmenter des préjugés selon lesquels les personnes en situation de pauvreté préféreraient ne pas travailler, qu’elles seraient paresseuses, qu’elles profiteraient du système, etc. Selon Joël Pedneault, également du MÉPACQ, « il est scandaleux de constater que le gouvernement choisi de se servir de ces préjugés afin d’augmenter sa popularité auprès de la population alors que son rôle est de les combattre ». 

Télécharger l’outil 

Lire le reste de cet article »

Le 2 décembre : la mobilisation des groupes communautaires se poursuit !

30 novembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

Montréal, 2 décembre/Un mois jour pour jour après la mobilisation historique du mouvement communautaire, nous sommes toujours sans nouvelle de nos revendications.  C’est pourquoi plusieurs organismes des régions de Québec, l’Estrie, l’Abitibi-Témiscamingue et le Saguenay-Lac-Saint-Jean ont décidé de fermer leurs portes et de se mettre en action pour faire entendre de nouveau leurs revendications auprès de la population et du gouvernement Couillard.

Les actions d’aujourd’hui s’inscrivent dans la construction d’un rapport de force du communautaire face à un gouvernement qui poursuit sans relâche la destruction de notre filet social. Ainsi, après la grève du 1er mai réunissant plus de 800 groupes communautaires, le blocage du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale le 30 septembre à Québec, les grèves des 2 et 3 novembre où 1400 organismes se sont unis pour se battre contre l’austérité, le communautaire martèle son message : le communautaire en a assez du sous-financement!  Le communautaire en a assez de l’austérité!

Rappel de nos revendications :

  • Le respect de l’autonomie des organismes communautaires et la reconnaissance de leur travail comme moteur du progrès social;
  • Le plein financement à la mission globale de tous les organismes d’action communautaire autonome qui y ont droit;
  • L’indexation annuelle des subventions pour suivre l’augmentation des coûts de fonctionnement;
  • La fin des compressions budgétaires et un réinvestissement majeur dans les services publics et les programmes sociaux.

Lire le reste de cet article »

2 décembre : appel à une journée de grève et d’actions du communautaire

17 novembre 2015
Le 2 décembre : Le communautaire 
encore dehors contre l’austérité!

Le mouvement communautaire est en action depuis plusieurs années pour lutter contre l’austérité, le désengagement de l’État et le sous-financement du communautaire.  Avec la campagne « Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire », les organismes en santé et services sociaux ont marqué des points importants dans cette lutte (la manifestation d’octobre 2013, la fermeture du 17 novembre 2014) alors que les organismes en défense collective des droits ont eux-mêmes mis sur pied la campagne « Les droits, ça se défend! » et organisé une multitude d’actions.  Le 1er mai 2015 aura également été l’occasion, pour le milieu communautaire, d’affirmer son opposition aux politiques d’austérité alors que plus de 800 organismes se sont déclarés en grève à l’appel de la Coalition Main Rouge, composée de plusieurs mouvements sociaux dont le mouvement communautaire.  Le 30 septembre dernier, l’appel de plusieurs organismes de la région de Québec a porté fruits puisque plus de 250 personnes ont bloqués, pendant 3 heures, les bureaux à Québec du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité Sociale, symbole fort du rapport de force construit au fil des années par le mouvement de  l’action communautaire autonome.  Finalement, les 2 et 3 novembre derniers, fort de l’union de ces deux campagnes importantes, le mouvement communautaire a connu un moment de mobilisation historique alors que plus de 1400 organismes ont fermés leurs portes, ont débrayés ou ont interrompus leurs activités pour protester contre l’austérité et leur sous-financement. Il s’agit d’une mobilisation sans précédent!

 4 raisons de poursuivre la grève et les actions dérangeantes le 2 décembre

1) Parce que nous n’avons encore rien gagné et qu’il n’est pas trop tard pour obtenir des gains!

Malgré toutes ces mobilisations importantes, aucun gain n’a encore été obtenu alors que l’austérité met de plus en plus de pression sur le mouvement communautaire.  Fort de la construction de ce rapport de force face à l’État, jamais le mouvement communautaire n’a été aussi près d’obtenir des gains réels.  D’où l’importance de ne pas baisser les bras et de poursuivre le combat, dès maintenant, contre l’austérité et le sous-financement! Plus nous attendons pour poursuivre la lutte, plus nos chances de gagner se rétrécissent. Dans 3 mois, il sera déjà trop tard! Le compte à rebours est commencé!

2) Parce que nous avons besoin d’avoir notre propre agenda de lutte!

Actuellement, le mouvement communautaire est en position d’attente d’un possible mouvement de convergence des luttes avec le mouvement syndical et étudiant dans le cadre d’une stratégie post-décret appelée par la Coalition main rouge. Dans le contexte de bouillonnement social actuel, le communautaire, tout comme les syndicats et les étudiants, a besoin, plus que jamais, d’avoir sont propre agenda, d’avoir le contrôle et de prendre du pouvoir sur sa propre lutte, d’avoir une stratégie indépendante de celle des syndicats pour pouvoir obtenir des gains – ce qui n’exclurait pas de se joindre à un éventuel mouvement de grève sociale en cas de décret.

3) Parce que les organismes sont prêts à poursuivre la lutte!

Nous sommes loin de partir de zéro pour la mobilisation.  Bien au contraire!  La mobilisation n’a jamais été aussi forte dans le milieu communautaire qu’en ce moment.  Ce qui signifie que tout le travail d’éducation populaire et de mobilisation de nos groupes pendant les deux dernières années a porté fruit et est à poursuivre. Les organismes sont actuellement prêts à poursuivre la lutte, ils s’attendent à poursuivre cette lutte et ont besoin, pour se mobiliser, de viser des dates concrètes. 

 4) Parce que c’est un moment stratégique !

Le 2 décembre est un moment symbolique pour le milieu communautaire. Nous en serons à un mois, jour pour jour, de la mobilisation des 2-3 novembre. De plus, les décisions budgétaires du gouvernement se prennent en décembre. Tout juste avant la fin des travaux parlementaires du 4 décembre, le communautaire enverra le message qu’il n’a pas l’intention d’abandonner la lutte!

Vous désirez participer ou organiser des activités dans le cadre de cette nouvelle période de grève du communautaire? Communiquez avec la Table régionale d’éducation populaire de votre région.

Lire l’appel à la grève de plusieurs groupes communautaires

 

Communautaire en colère!

27 octobre 2015

Les 2-3 novembre, le MÉPACQ sera en grève contre l’austérité et le sous-financement des organismes communautaires!

Montréal, 27 octobre 2015/ Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec, le MÉPACQ, sera en grève les 2 et 3 novembre prochains. Le regroupement d’organismes annonce qu’en date du 27 octobre, la majorité des groupes communautaires membres du MÉPACQ dans 9 régions du Québec ont déjà obtenu un mandat de grève. D’autres régions se joindront au cours de cette semaine. Ces mandats de grève s’ajoutent à ceux de plus de 800 organismes communautaires qui seront en grève, ou qui seront fermés ou en interruption d’activités pour lutter contre l’austérité et leur sous-financement. « Après les pétitions, les lettres aux ministres, les rencontres avec les député-e-s, les campagnes de sensibilisation et d’éducation populaire et les manifestations, nous constatons qu’il faut encore hausser le ton pour que notre message passe, » affirme Caroline Toupin, porte-parole du MÉPACQ.

Lire le reste de cet article »